"Devise":  EUR CHF
Pas d'article dans votre panier

Newsletter

Si vous souhaitez recevoir les dernières informations sur nos séminaires, abonnez-vous à notre newsletter !

Powered by ChronoForms - ChronoEngine.com

Skydancing Tantra Int.

member of skydancing tantra international w200

Member of Skydancing
Tantra International

Articles

  1. La vision tantrique: de Margot Anand
  2. Interview de Margot Anand
  3. L'attitude Tantrique sur la Sexualité et la Magie Sexuelle
  4. Interview de Margot Anand sur le Tantra

1) La vision tantrique: de Margot Anand

2statues220

La sexualité est avant tout une question d'énergie. Plus vous avez de l'énergie, plus vous pouvez être heureux et meilleure sera votre sexualité.

En premier lieu, vous apprenez à mobiliser votre énergie et à l'exprimer plus librement jusqu'à ce que vous ressentiez l'orgasme comme un "événement énergétique". Cette expérience peut être apprise et reproduite indépendamment du contexte sexuel et vous donnera la responsabilité de votre bien-être sexuel. Vous savez que la véritable source de votre plaisir n'est pas en votre partenaire, mais en vous-même.

On vous enseignera ensuite à contenir cette énergie, à vous relaxer en elle et à la diffuser au corps entier. C'est le secret fondamental de la Sexualité Sacrée : l'extase arrive lorsque vous maîtrisez l'art de vous relaxer dans un état avancé d'excitation sexuelle ou non sexuelle. Vous pouvez même ressentir cet état avec ou sans partenaire aussi souvent que vous le souhaitez !

Au début cela peut sembler paradoxal. Comment peut-on rapprocher des choses apparemment si opposées comme la relaxation et l'excitation ?

Dans le domaine de la sexualité ordinaire la relaxation se produit seulement après que l'excitation sexuelle a culminé par l'orgasme. Mais ici nous parlons d'une "résonance" simultanée de ces deux états. Vous permettez à l'énergie de s'élever à des niveaux de plus en plus haut, tout en vous relaxant dans l'excitation, la laissant se diffuser dans le corps et la contenant pour des moments de plus en plus longs. Vous goûtez alors à une complète tranquillité mentale. Cela vous prépare à un orgasme complet, qui dépend de la capacité du corps à vibrer sans contrôle. Au lieu d'une détente génitale localisée, vous faites l'expérience d'une série prolongée de pulsions subtiles, continues qui s'étendent à travers tout le corps, vous donnant l'impression de vous fondre en votre partenaire.

A ce point, les sensations orgasmiques ne dépendent plus exclusivement de l'interaction génitale, mais sont souvent perçues comme un état modifié de la conscience. Pendant que l'énergie de vos corps se mélange et fusionne, la communion sexuelle devient une expérience d'intimité profonde. C'est cette fusion qui crée l'expérience de l'extase, à laquelle le corps, le coeur et l'esprit participent tous ensemble.

Lorsque la sexualité n'est pas envisagée sous son aspect spirituel ou sacré, elle est considérée comme une activité purement physique, instinctive et ainsi, elle n'est pas respectée. Privée de sa dimension sacrée, l'énergie sexuelle est réprimée et finalement dirigée contre la vie, ce qui conduit à l'irrespect, à la maladie, aux abus, aux viols et à d'autres formes de violence sexuelle.

Un conditionnement social négatif engendre inévitablement la peur et cette peur est transmise de génération en génération, par l'intermédiaire d'agents bien intentionnés, parents, professeurs, prêtres... Ce conditionnement paralyse notre spontanéité, l'expression de notre vitalité sexuelle, notre plaisir et notre capacité d'aimer.

Lorsque les gens pensent au Tantrisme, ils pensent souvent aux moines célibataires, aux yogis et, par conséquent à la suppression de la sexualité. Ceci est un malentendu, impliquant que l'atteinte de l'extase nécessite la répression de la sexualité. Dans la pratique de la Sexualité Sacrée, l'amour est au contraire cultivé et célébré. C'est de la graine de l'amour que pousse la fleur de l'extase.

Une autre idée répandue est que le Tantra ressemble à une orgie sexuelle, encourageant les plaisirs de la chair. Le Tantrisme est la voie du milieu. Il n'est ni répression ni indulgence. Il vous enseigne à regarder votre sexualité en face, à la comprendre, la vivre, la transformer. Le Tantrisme offre des réponses pratiques à des questions fondamentales : qu'est ce que l'état d'extase ? Comment y accéder à travers la sexualité ? Comment peut-il nous aider dans notre vie quotidienne ?

Tantra veut dire "Tisser". Tisser les nombreux aspects contradictoires de son être pour créer ainsi un tout harmonieux. Tantra veut aussi dire "expansion". Une fois que nos énergies ont été comprises et unifiées, nous grandissons dans la joie.

La vision tantrique accepte tout. Tout ce qu'une personne ressent est une occasion d'apprendre, sans jugement. Par exemple, une situation dans laquelle vous ressentez une frustration sexuelle n'est pas jugée comme négative, mais considérée comme un enseignement. Cette situation fournit l'occasion de comprendre quelque chose sur votre sexualité.

Dans le Tantrisme, il n'y a pas de division entre le bien et le mal, l'acceptable et l'inacceptable. Par exemple, le Tantra tel que je le comprends, ne rend pas de jugement moral sur vos préférences sexuelles. L'accent n'est pas tant sur la personne avec qui vous faites l'amour, mais sur la manière de le faire. Ainsi, il peut être pratiqué par tous ceux qui sont attirés par son enseignement.

La vision tantrique est une vision globale, totale. Chaque situation, qu'elle soit plaisante ou déplaisante, est une occasion de devenir plus conscient. Elle fournit une excellente occasion d'intégrer les différents aspects de vous-même, y compris ceux que vous rejetez et cachez habituellement.

Cette vision reconnaît également qu'en chaque être humain existe un être à la pureté enfantine, innocent et qui représente notre capacité naturelle de profiter de la vie, d'aimer, de jouer et d'être extatique. J'appelle cet aspect du moi le Moi Extatique.

Le Tantrisme croit dans la complémentarité des contraires. Les concepts de masculin et féminin ne sont donc pas divisés, séparés mais sont considérés comme deux polarités qui se rencontrent en chaque être humain. Le Tantrisme met en évidence que chaque être humain, homme ou femme, a des qualités tant masculines que féminines.

Cela veut dire qu'en laissant de côté les stéréotypes, nous pouvons élargir considérablement notre identité sexuelle, rendre hommage à notre polarité ignorée. L'homme est encouragé à explorer ses aspects vulnérables, réceptifs, féminin. Il peut alors se libérer du poids de ses responsabilités masculines et se relaxer, prendre son temps, faire l'amour sans but précis, s'autorisant à être réceptif lorsque sa partenaire prend des initiatives. Pour sa part, la femme peut explorer sa dimension masculine, se rendre compte qu'elle est capable d'initiatives, créant de nouvelles manières de donner du plaisir à son partenaire comme à elle-même.

L'homme ne renonce pas à sa masculinité, pas plus que la femme n'abandonne sa féminité. Ils élargissent simplement leur potentiel. Dans le Tantra, lorsque les polarités masculines et féminines fusionnent, une nouvelle dimension devient accessible : le sens du sacré. On perçoit notre relation à l'énergie vitale elle-même comme la source de la création. Cette connexion élève votre conscience au-delà du plan physique, dans un champ de puissance et d'énergie beaucoup plus vaste que le vôtre. Vous vous sentez alors relié, par votre partenaire, à tout ce qui vit et aime. Vous avez la sensation de faire partie de la grande danse de l'existence.

Le Tantrisme conçoit l'union sexuelle non seulement comme sacré mais comme un art. Il est d'ailleurs intéressant de savoir que la racine sanscrite du mot "art" signifie "convenablement uni". Pour devenir des tantrikas, pratiquants du Tantrisme, il était demandé aux amoureux de connaître, entre autres, la conversation, la danse, la cérémonie, le massage, l'arrangement floral, la musique, le costume, le maquillage, l'hygiène, la respiration et la méditation. Lorsque nous apprenons les arts érotiques sous cette forme, on met en place une profonde guérison de notre sexualité. L'acte sexuel n'est plus une affaire bâclée, vécue par des partenaires inconscients, mais un échange sain et nourrissant entre partenaires se respectant et se connaissant intellectuellement, émotionnellement et sensuellement avant d'entrer consciemment dans l'union sexuelle. Voilà ce dont nous avons besoin de manière urgente aujourd'hui : une vision joyeuse, amoureuse, et globale de la sexualité.

Selon le Tantrisme, la sexualité est la première forme d'énergie, vue comme un mouvement de la vie. Dans le corps humain, l'énergie est continuellement en mouvement. Chaque cellule de notre corps vibre rythmiquement provoquant des courants bioélectiques circulant dans tout le corps. Nos humeurs et émotions suscitent aussi des vibrations spécifiques. Chaque être humain est un organisme faisant partie d'un tout plus grand - l'environnement immédiat, la nature, la planète possédant eux aussi leurs propres rythmes et vibrations. Le tantra apprend aux amants comment harmoniser leurs énergies, créant ainsi une résonance mesurable entre leurs champs énergétiques.

Un des aspects les plus profonds du Tantra est que le corps humain est considéré comme un simple phénomène énergétique. A une extrémité du spectre, au niveau physique, cette énergie s'exprime dans l'activité sexuelle. A l'autre extrémité, au niveau du système nerveux et du cerveau, l'énergie est perçue en tant qu'extase.

Il est dit que les premiers mystiques orientaux eurent leurs premières étincelles d'illumination spirituelle au moment de l'orgasme. En effet, beaucoup de gens savent que l'orgasme peut les amener temporairement en un état d'extase. Pendant quelques secondes, l'éprit se vide, la vue égocentrique de la vie disparaît. Nous perdons la notion du temps pour entrer dans la béatitude. Pour ces mystiques, la sexualité était la vraie source de l'expérience religieuse. Elle peut l'être encore aujourd'hui si l'on en crée les conditions.

Puisse ta vie être le reflet de l'Extase en toi.
Puisse cette Extase être l'instrument de l'Amour infini.

Margot Anand


2) Interview de Margot ANAND

copyright REEL 2005

Eric GRANGE : Comment définissez- vous le Tantra ?

Margot ANAND : Une des définitions du tantra peut être "L’art de choisir avec conscience ce qui donne de la joie, afin d'ouvrir les portes de l'esprit".Une autre serait "L’art d'unifier les aspects contradictoires de sa personnalité dans une expansion de conscience".

C'est à dire unifier des différents pôles à l'intérieur de soi à savoir le coeur, la tête et le sexe: Dans les relations amoureuses, ces dimensions jouent parfois des thèmes différents. Parfois, ces dimensions intérieures sont en conflit, il en résulte une disharmonie et une sensation de mal-être. Le travail que je propose sur les chakras harmonise l’énergie et la conscience pour créer l’unification. Dans la cosmogonie tantrique, on parle du mariage des deux aspects du divin : Shakti, la déesse de la force féminine, mouvement de l'énergie pure (permettant l'orgasme prolongé, cultivé dans le Tantra) et Shiva, le dieu de la conscience pure (perçue dans la vacuité de la méditation). et Shiva (la conscience pure, le masculin) qui sont à l'origine de la création de l'univers.

EG : Comment abordez vous le Tantra ?

MA : J’ai compris que le Tantra est une clé vers l'éveil. C’est une discipline spirituelle, comme le yoga ou le zen, mais incluant la sexualité. La méditation sexuelle est une des plus délicates, car elle induit la mise à nu de toutes nos blessures, expériences de notre passé amoureux qui ont provoqué notre peur de lâcher prise en amour. En abordant la sexualité au travers d'une attitude méditative, ces peurs peuvent être accueillies et transformées, c'est toute la magie de cette voie qu'est le tantra.

EG : Quelle différence entre le yoga et le tantra ?

MA : Le yoga est une science qui nous aide à unir le corps et l’esprit dans la quête du divin. Le Yoga demande effort et discipline, alors que le Tantra nous invite à lacher prise dans notre essence divine.

EG : Le Tantra aborde t'il plus que la sexualité ?

MA : Il est important ici de faire la distinction entre le terme général du "tantra", qui englobe des approches et traditions extrêmement différentes, et ma voie, qui est celle du "Tantra de la voie céleste", qui est une méthode complète : Voici mon point de vue : Le premier niveau, c’est pour guérir notre sexualité. Le deuxième niveau pour libérer l’énergie orgasmique dans tout le corps. Le troisième pour libérer énergie qui circule entre les chakras ; du chakra racine -au niveau du périnée- au chakra coronal, au sommet de la tête. L’énergie shakti peut se mouvoir pour se joindre à l'énergie shiva. Le quatrième niveau c’est de transformer le désir/plaisir en béatitude, extase.

EG : En quoi la sexualité est-elle reliée au spirituel ?

MA : L’orgasme nous porte dans une expérience proche du divin. Pendant l’orgasme, les côtés droit et gauche du cerveau se relient, unifiant ainsi nos aspects créatifs et émotionnels, avec notre aspect logique. Quand l’intuition et l’intellect fusionnent, l’ego et le temps s’effacent, et l’énergie et la conscience deviennent un. Il est dit par certains maîtres indiens que es maîtres védiques, il y a 5 000 ans, ont découvert la méditation et l'éveil en explorant l'art de prolonger les états orgasmiques.

EG : Quelle différence entre la sexualité "habituelle" et la sexualité tantrique ?

MA : La majorité des gens pensent que le sexe est une simple impulsion naturelle, et il n’y a pas besoin de la modifier. Mais en réalité nous portons au coeur de cet acte une somme incroyable de mémoires : familiales, culturelles, sociales, religieuses qui étouffent et limitent notre sexualité ! Nous n'en finissons jamais de découvrir à quel point notre inconscient sexuel peut être "chargé".

Le conditionnement d’une vie suffit à bloquer notre capacité naturelle de répondre de manière fluide à cette énergie sexuelle. La sexualité "habituelle" est limitée. La sexualité tantrique nous permet de vivre le moment présent et de répondre librement à chaque mouvement intérieur, dans une sagesse globale, et de ressentir l’énergie sexuelle monter dans le corps. Nous pouvons simplement être présents dans l’acte sexuel comme dans une méditation zazen. La sexualité tantrique est aussi un regard différent sur notre partenaire, qui incarne l’essence divine. Rien que cela peut créer des miracles.

EG : Quel est le rôle du lâcher-prise dans la sexualité tantrique ?

MA : S'abandonner à l’ultime vérité: Se fondre en ce qui est le plus élevé, le plus sacré, en nous-mêmes et en l'autre. C'est sentir la prière nous emmener vers ce qu'il y a de plus joyeux, mais aussi de plus érotique!

EG : Quel est votre source d’inspiration ?

MA : Ma Yoni (ndlr : le sexe féminin) ! La plus grande source de mon inspiration. Je viens de passer sept mois de jeûne sexuel, sans faire l’amour. Je voulais intensifier mon exploration de la méditation zen et la conscience au-delà de toutes considérations sexuelles. J’étais aussi en retraite de silence pendant quelques semaines. Je viens de finir le jeûne et je retrouve ma Yoni aussi réceptive et contente que jamais, alors que j'avais peur qu’elle ne s’étiole. Il existe une grande connivence entre ma yoni et mon cerveau. Quand ma yoni a des orgasmes, je me sens dans ma force créatrice pour écrire, donner des séminaires et pour être joyeuse dans ma féminité.

EG: Que répondez-vous à ceux qui assimilent le Tantra au libertinage ?

MA : Le Tantra invite à la liberté, pas au libertinage. Je ne prône pas les partenaires multiples: je viens de donner un enseignement sur l'éthique dans la sexualité, où je conseille l'engagement dans le couple, lieu de croissance par excellence. La pratique tantrique est un puissant révélateur de nous-mêmes, au plus profond de notre nature intime. Dans un couple, peuvent alors exploser des conflits ou des antagonismes, ce qui serait arrivé tôt ou tard Dans un autre couple, ce sera plus de compréhension, d'harmonie, et l'émergence d'une union délicieuse.

EG : Pourquoi les gouvernements sont-ils défavorables à la tradition tantrique ?

MA : Traditionnellement, la religion a toujours voulu contrôler la sexualité humaine, parce qu’un être extatique est un être libre. Aujourd'hui, le système gouverné par les politiciens essaie de museler l’énergie de ses citoyens. C’est ce que j’appelle la conspiration Anti-Extatique. Le système ne veut pas de notre liberté extatique naturelle: Une personne éveillée est considérée comme dangereuse, car contenant un potentiel de déstabilisation de ce système.

EG : Quelle culture a, selon vous, l’attitude la plus saine envers l'amour?

MA : Le Bhutan et l'île de Bali. Là bas, les personnes font partie de communautés où tout est prière et célébration: se lever le matin, manger, bénir le magasin avant de l'ouvrir ou l'outil de travail avant de l'utiliser est quotidien. Ces populations célèbrent des rituels pour chaque circonstance de la vie humaine, en lien avec les astres.

EG : Comment pratiquez-vous l’extase au quotidien ?

MA : Je suis mon intuition profonde, qui me guide vers les expériences que j’ai besoin sur le moment. Maintenant, je fais beaucoup de méditation zen. J’amène cette attitude en amour et dans mes relations. J’aime le silence, quand je peux puiser la source de mon être et toucher à l’essentiel. Quand le coeur est ouvert, on crée la magie. Surtout, je respecte la liberté de chacun. La relation s’exprime dans la vérité spontanée de chaque moment passé ensemble. C’est notre méditation. Je trouve cette pratique riche en défis et à fort potentiel pour l’éveil spirituel. Il faut croire que la vérité se manifeste comme elle doit et que tout à un sens.

EG : Mise à l’épreuve des actualités, quel est l’état de l'évolution spirituelle ?

MA : Il y a un appel en chacun pour changer le monde activement. Et il règne aussi un sentiment de dénonciation et de désespoir par rapport à l’avidité des puissances mondiales et du système de mondialisation.

La liberté est tout d’abord une quête personnelle. Quand plus de gens se réveilleront à cette réalité, la masse critique sera impliquée, et tout basculera. J'ai profondément confiance en l'avènement de ce retournement de conscience collective.

EG : Le paradis existe t'il sur terre ?

MA : Oui, en chacun de nous.


3) L'attitude Tantrique sur la Sexualité et la Magie Sexuelle

 Il est dit que quand le dieu Shiva - l’incarnation de la pure conscience - s’unit sexuellement avec la déesse Shakti - l'incarnation de l'énergie pure -  et de leur étreinte tantrique résulta la création de la Terre, des étoiles, de la lune, des animaux. En un mot, la création de l'univers fut le fruit de leur amour.
Cette belle métaphore contient une vérité importante. Dans l'évolution de notre compréhension de cet univers mystérieux, il est devenu évident que la totalité de l'énergie et du mouvement et donc de toute vie, se produit grâce à l'attraction des pôles opposés. C'est le mouvement entre les pôles négatifs et positifs qui crée l'électricité. C’est l'attraction entre les hommes et les femmes qui crée une vie nouvelle. Les dynamiques de l'univers sont dialectiques, apparemment en conflit, mais survenant dans le contexte plus large de l'unité et de la plénitude. Telle est notre compréhension partant de la vision du Tantra.
Par essence, le Tantra est la voie de l'acceptation, elle inclut le haut et le bas, le terrestre et le spirituel. Cette voie permet à Dieu et au Diable de se donner la main, tels deux pôles, ou deux aspects, d'une seule énergie. Le Tantra encourage les chercheurs spirituels à pratiquer la sexualité sacrée comme un moyen de réalisation de soi. Il comprend à la fois le sexe et la magie en tant qu’outils précieux sur la voie de la transformation.

En outre, le Tantra reconnaît le principe féminin comme égal à celui de l’homme - une étape importante dans la  culture de l'énergie sexuelle à fins magiques et spirituelles. Comme Chogyam Trungpa le note dans son introduction à « Femmes de Sagesse », un témoignage fascinant de six femmes mystiques tibétaines : 
- "La  culture occidentale divise le féminin entre la prostituée et la madone. Dans le Tantra, nous voyons l’émergence d’images féminines sexuelles et spirituelles, extatiques et intelligentes, en colère et pacifiques."
Au Tibet où la pratique du Tantra atteignit ses plus hauts sommets, certaines voies de développement spirituel comprenaient, après de longues périodes de préparation et  de purification, une union rituelle sexuelle entre le guru et le disciple. Dans cette étreinte tantrique, cette fusion de deux organismes, deux coeurs, deux esprits, les connaissances secrètes étaient transmises de manière magique du maître au disciple.
L'énergie sexuelle était montée jusqu'à la colonne vertébrale à l'aide de certains types de respiration et de visualisation, pour atteindre des états de conscience de plus en plus élevés. Au moment favorable, l'enseignement ou les connaissances secrètes étaient transmises énergétiquement lors de la fusion des deux êtres en union extatique.
L’un des objectifs de ces pratiques sexuelles était, comme Chogyam Trungpa le décrit, de "dissoudre le sens de l'intérieur et de l’extérieur et de se brancher sur une sensation d'espace énergisé omniprésent, qui est une sagesse primordiale et une sorte d’intense désir de félicité. "
Un autre but plus spécifique était de créer un "corps arc-en-ciel lumineux "qui continuerait après la cessation du corps physique.
Un autre encore était d'atteindre certains types d'énergie dakini - qualités du principe féminin divin - afin de transcender les limites de l’ego humain.
Pendant plusieurs années j’ai eu la chance de pratiquer intensément la Magie Sexuelle avec un partenaire tantrique. Il me rendait visite à l’improviste, dans le secret des heures de la nuit, m’invitant à me plonger dans des exercices de respiration intense qui généraient rapidement une énergie ardente dans tout mon corps. Nous faisions l'amour alors, très lentement et consciemment, il m’enseignait à concentrer cette impétueuse énergie dans la région de mon coeur.
Après un certain temps, je commençais à avoir des visions très fortes. Je me souviens d'une qui fut particulièrement puissante, où je me vis comme un bouddha, ou être spirituel, assise en méditation, heureuse dans une grotte. Alors que je la contemplais, la grotte prit une couleur rouge et se mit à palpiter, je pris alors conscience que mon être bouddhique était assis dans la cave de mon propre coeur. Un sentiment de  bonheur s’amplifia de plus en plus - ainsi que la taille de la caverne - jusqu'à ce qu'il remplisse l'univers tout entier. Je ressentis alors un rayonnement d'amour et de compassion inconditionnel envers tous les êtres vivants.
Ainsi je reçus des informations très spécifiques sur ce que mon partenaire décrivit plus tard comme la "sagesse du coeur". Cette expérience rendit son enseignement plus réel, au lieu d’être simplement intellectuel.
L'accent mis sur la transmission des enseignements tantriques par la sexualité tend à être plus mystique que magique, mais la même approche est utilisée pour les deux arts. C'est une question de choix : soit vous souhaitez résider dans un état d'union mystique avec l'univers, soit vous voulez maîtriser les  pouvoirs universels qui découlent de cette union dans le dessein de la manifestation terrestre.
Dans la tradition tantrique Tibétaine, la magie et le mysticisme prospérèrent côte à côte. L’initiative de décider comment utiliser ces pouvoirs était laissée à l’initié. C'était vraiment une question d’intégrité et de responsabilité personnelle, une attitude aussi valable aujourd'hui qu'elle ne l'était alors.

Margot Anand


4) Interview no 2 - Margot Anand

Comment avez-vous découvert le Tantra?

MARGOT ANAND : Je découvris le Tantra la première fois que je fis l'amour. Bien qu’à l’époque, je n'aie jamais entendu le mot "Tantra" et ne savais pas ce qu’était le Tantra, ce que je vécus fut en fait une expérience tantrique. En d'autres termes, je vécus une expérience d’expansion au-delà de la conscience du corps, au-delà de l'esprit et du temps, qui me relia à la vérité de qui je suis vraiment - cela même qui existait avant ma naissance et continuera d'exister après ma mort. Je me réfère au Soi éternel.

Je fus projetée dans une expérience qui n'en était même plus une. C’était la vérité de mon être. Je réalisai la lumière de l'esprit et je sus à cet instant que la sexualité serait mon chemin d'éveil en tant que femme. Telle fut ma révélation la toute première fois que je fis l'amour. C’est cela qui me mit sur la voie du Tantra. Après avoir fini mes études en psychologie, en philosophie et en  histoire de l'art à la Sorbonne à Paris, je partis à la découverte de la sexualité sacrée dans le monde entier pendant sept ans. Je terminai ma maîtrise et termine maintenant mon doctorat Ph.D. aux International Studies à l'Université de Hawaï.

Qui fut votre maître spirituel le plus inspirant ?

Ma :  Je dirais probablement Osho, bien que j'en ai eu beaucoup d'autres. Avec le recul, je pense que le plus essentiel fut Osho. Tout commença quand je terminai mes études, très mécontente de la façon dont la psychologie était enseignée en France. Elle était piégée dans l'analyse statistique du comportement et je sentais que je n’y découvrais rien d’intéressant. Au début des années 70, je me rendis dans un Institut en Angleterre qui s'appelle Quae-Sitor (ce qui signifie "Celui qui cherche") le premier Institut en Europe qui engagea des enseignants "New Age » (venus d’institutions  comme Esalen aux USA). Le directeur de cet Institut se présenta vêtu d'une robe orange, et nous raconta des histoires extraordinaires  sur sa rencontre en Inde avec un maître (Osho), qui lui dit:  "Je vous attendais. Je veux que vous conduisiez à un niveau plus élevé vos étudiants. Cela nécessitera une semaine de préparation, comprenant des exercices de rencontre, de bioénergétique, de massage et de respiration". Par la suite, nous avons participé à une expérience en privation sensorielle. Chacun d'entre nous resta seul dans une chambre d'hôtel au bord de la mer. On nous banda les yeux, nous boucha les oreilles, et on nous donna une bouteille d'eau par jour et une livre de raisin. Cela dura sept jours et sept nuits, avec l’objectif d’entrer plus profondément dans notre conscience. Je venais juste de lire  "Le Centre du Cyclone” de John Lilly et m'attendais à vivre une expérience similaire à celle qu'il décrivait, celle de rencontrer mes guides intérieurs.
Lors de cette retraite, j’entrai de plus en plus profondément en moi, réalisant que c’était cela l’expérience dont parlait John Lilly - et pourtant mon expérience était différente. Je traversai une multitude de niveaux, jusqu'à ce que je pénétrais dans ce vide, le centre de mon être où il n’y avait personne. J'eus alors un « darshan » avec moi-même. Je reçus les réponses à toutes les questions de ma vie. A un moment m’apparut un visage qui me dit :  "L'extase est déjà en toi. Tu n’as pas à la chercher à l'extérieur. " Dans l'état d'esprit dans lequel je me trouvais, ce fut un immense message. Je me suis rendu compte que je recherchais en dehors de moi les enseignants, les méthodes et les cultures, alors que tout était déjà là. J’eus donc la conviction que tout ce que je cherchais était déjà en moi.

 Le visage dont j’eus la vision était celui d’Osho.  Je n'avais jamais entendu parler de lui auparavant. Et il m'apparaissait de cette manière. Il me fallut encore cinq ans (y compris un mariage) pour lui rendre finalement visite. Ce fut alors une rencontre très forte. Peu après mon arrivée, il me demanda d’animer des groupes de Tantra à l'ashram pour la première fois. Quand il m’offrit ce travail, je m’étonnai :  "Mais, je ne sais pas animer des groupes de Tantra !" - je n’étais formée qu’en tant que thérapeute occidentale. En réponse, il toucha mon front et libéra mon cerveau de toute connaissance sur les méthodes, les techniques et les normes. Tout disparût, telle une ardoise vierge. Puis il me dit en riant :  "Tu n’as pas à t’inquiéter. Laisse-moi simplement diriger ces groupes de Tantra à travers toi ". Je ne savais pas ce que cela voulait dire mais je lui fis confiance ! C'est ainsi que je commençai à enseigner le Tantra. Aujourd’hui je suis mon propre maître dans mon enseignement et pourtant, Osho est resté un maître toujours présent en moi.

Comment définissez-vous le Tantra? 

MA : Je dirais que le Tantra est l'art de choisir consciemment ce qui vous procure de la joie, qui va ouvrir la porte de votre esprit. Voilà une définition. Une autre est que le Tantra est l'art de tisser les aspects contradictoires de votre personnalité en une seule tapisserie afin d’amplifier votre conscience.
Imaginons que vous avez un rendez-vous amoureux. Votre coeur vous dit peut-être :  "Oui, je veux m’ouvrir à cette personne. " Mais votre mental dit : "Absolument pas, rappelle-toi ce qui s'est passé la dernière fois." Votre corps, lui, vous dit :  "J’en ai envie, je veux du sexe."
Ces différents aspects de vous-même sont en contradiction l’un avec l'autre. Vous n'êtes pas en harmonie, vous êtes dans la douleur. Le travail tantrique que j'enseigne sur les Chakras harmonise votre énergie et votre conscience en une seule entité. C’est le mariage entre Shakti (énergie pure) et Shiva (pure conscience). Lorsqu’ils se sont unis, l’univers est né. C'est la cosmologie du Tantra. La déesse Shakti, incarnant le féminin et le dieu Shiva, incarnant le masculin, sont les deux aspects de la divinité. Quand ils s’unissent dans leur fusion, le cosmos est né. Dans la perspective tantrique, le cosmos est né d'une union érotique entre mâle et femelle, ce qui est une perspective beaucoup plus séduisante que celle qui nous demande d’honorer un prophète cloué sur une croix pour le rachat de nos péchés. C’est une vision de la spiritualité fondée sur la douleur et la punition.

Quel est la plus grande méprise au sujet du Tantra?

Ma :  Il y a une grande incompréhension dans  ce pays au sujet du Tantra. Malheureusement, le Tantra subit une réputation très négative, - il est souvent perçu comme une thérapie sexuelle floue, pseudo-mystique. Certaines personnes semblent croire que si elles peuvent parvenir à un orgasme d'une heure, elles ont le droit de se déclarer illuminées. Chaque personne réprimée par cette culture puritaine devient obsédée par les sens et le jardin du plaisir, et d’emblée on appelle les prostituées sexuelles des Dakinis. Le sens originel du mot "Dakini" est le Bouddha féminin, la femme illuminée.
Mon coeur se serre en voyant combien et à quel niveau nous sommes tombés. En tant que pionnière des enseignants du Tantra dans ce pays, je constate que la plupart des gens ne savent pas de quoi il s'agit vraiment.
Il est difficile chez nous de parler de sexe et de garder le respect d’autrui. Le sexe est souvent perçu comme quelque chose de caché, sale et interdit. Cela est pourtant précisément ce qui le rend si intéressant, mais c'est aussi ce qui suscite tant de violence à son égard.
C'est comme si vous aviez à lutter contre tous les tabous culturels pour passer un bon moment. C'est là où j’interviens pour reconditionner les corps, les coeurs et les esprits des gens afin qu’ils comprennent que ce n'est pas la bonne approche. Je vois le Tantra comme une porte vers l’illumination. C'est une voie spirituelle comme le yoga ou le zen. Le seul aspect qui le rend différent des autres voies spirituelles, c'est que le sexe n'a pas à en être exclu.
Le sexe est un moyen subtil, parmi d'autres, que nous utilisons pour nous éveiller. Il n'y a rien de plus difficile que la méditation sexuelle, parce que dans la méditation sexuelle, tout resurgit: votre manque de confiance, vos doutes sur vous-même, vos expériences passées négatives qui vous conditionnent à avoir peur de l'amour.
Ce n'est pourtant pas vraiment différent d’une autre méditation. Si vous pouvez aborder l'expérience sexuelle avec la même qualité de vide que lors d'une séance de zazen, alors vous avez tout compris. Peu importe si vous avez du sexe, mangez de la nourriture, ou échangez une conversation en vous promenant. C’est votre état de conscience qui compte, votre compréhension de qui vous êtes réellement et qui est derrière la personne engagée dans l'action. Si vous vous posez cette question, vous en venez alors à la vacuité, parce  qu'il ne s’y trouve personne - juste la conscience pure. Et la conscience ne peut être rompue, modifiée ou influencée. Elle est, simplement. Elle est tout et toute chose. Une fois que vous savez cela, vous  pouvez faire l'expérience de tout dans la vie.

 Les enseignements Tantriques sont-ils tous les mêmes? Sinon, en quoi varient-ils?

 Ma : Les enseignements du Tantra ne sont pas tous les mêmes. Les gens ne savent pas que dans les anciens sutras tantriques des maîtres éveillés, il est dit que celui qui a le droit d’être un gourou est quelqu'un qui a reçu la transmission directe d’un maître éclairé. Si on estime quelqu’un prêt à transmettre ce travail, il fait partie d’une lignée protégée. Cette protection permet à l’enseignant de s’aventurer là où personne d'autre ne le peut, dans des domaines difficiles et dangereux.
Dans le Tantra, le travail avec l'énergie sexuelle n'est pas un chemin facile. Il faut savoir comment confronter les démons de notre société afin de les transformer en alliés. Les gens viennent me voir parce qu'ils ne savent pas comment le faire. Ceci nécessite beaucoup de discrimination et de pouvoir qui ne vient pas de votre ego. C'est quelque chose qui vient du maître qui vous a  donné le pouvoir de le faire. Dans mon cas, j’eus trois maîtres:  Osho, Swami Satchidananda et un maître soufi nommé Siddhi Mohammed, le gardien de la mosquée du Rocher Sacré à Jérusalem.

 Que devrait vérifier un élève avant de choisir son enseignant tantrique ?

Ma : Une fois que vous avez déterminé la source de leurs compétences, l'étape suivante consiste à examiner ce qu'ils ont écrit. Demandez-leur si leur travail a contribué au contexte de la culture et du Tantra et voyez si cela a fait une différence. Examinez ensuite le fruit de leur travail : observez leurs élèves comment ils parlent, comment ils vivent, comment leur vie a été transformée. Je dirais que sont les trois critères à considérer lors du choix d'un enseignant tantrique, surtout si vous êtes à la recherche de la voie la plus profonde, la plus mystique. Pratiquer le Tantra, c'est comme plonger à la recherche de perles. Si vous n'allez pas très profond, vous ne les trouverez pas. Vous ne ferez que jouer à la surface.

 Le Tantra, c'est donc plus que le sexe?

MA : Je vais vous dire ce que c'est pour moi. Le premier niveau est de guérir votre sexualité. Le deuxième est d'élargir la puissance orgasmique de votre corps entier. Le troisième est d'ouvrir le flux d'énergie qui relie les chakras l'un à l'autre ; il passe du chakra racine dans le périnée, au chakra couronne au sommet de la tête. Shakti peut alors circuler à travers vous et se marier avec Shiva. Une fois que vous avez fait ces trois choses, le quatrième niveau est de transformer le désir en félicité.

 Pourquoi tant de voies spirituelles exigent-elles le célibat?

 MA :  Car elles considèrent que lorsque le sexe est pratiqué avec ignorance, qu’il est une source de distraction. Mais je tiens à vous rappeler que le troisième des cinq enseignements sur la vigilance du Bouddha était celui de la "vigilance sexuelle." Ce qu’il voulait dire (et j’ai intégré cela dans mon enseignement), c'est que la dimension dans laquelle nous sommes le moins conscient et le plus mis au défi, est l'éveil de notre désir sexuel.
Lorsque nous désirons spontanément quelqu'un, nous oublions nos promesses et nos engagements. Nous oublions tout. C’est ainsi que des empires ont été perdus. Mais c'est à ce moment précis où la prise de conscience est la plus nécessaire. Votre capacité à être le témoin, telle que vous la développez dans la méditation, vous permet d'être impliqué à fond dans le moment, tout en sachant que c'est un rêve, un leurre.  C'est là que la vigilance sexuelle est requise et c'est aussi là que les gens la perdent. Exclure la sexualité est un raccourci, en ce qui concerne la méditation, car vous n'avez pas à gérer tous les hauts et les bas, les tentations et les distractions qu’elle engendre.
En fin de compte, chacun choisit sa propre voie. Nulle méthode n’est meilleure qu’une autre.

 Quelle est la différence entre le yoga et le  Tantra?

 MA :  Tel que je le comprends, le yoga est une science qui nous aide à unir le corps et l'esprit dans le but de connaître le divin. J'ai entendu dire en Inde que la différence entre le yoga et le Tantra, c'est que selon la tradition philosophique du yoga, vous devez renoncer à tout désir afin de connaître Brahma. Dans le yoga, vous vous contrôlez et vous vous purifiez en vue de réaliser l'illumination. Par contre la perspective tantrique vous dit que vous êtes déjà divin, exactement comme vous êtes. Le Tantra vous dit de vous détendre complètement et de plonger profondément dans votre nature telle qu’elle est. A bien des égards, le yoga, la méditation et le Tantra vont de pair. Le Tantra est vraiment le yoga de l'amour.

 Pourquoi l'élément spirituel dans la dimension du sexe est-il si important?

MA :  L'orgasme est ce qui nous rapproche le plus de l'expérience du divin. Au moment de l'orgasme, il se produit une connection entre le côté droit de notre cerveau - le centre du sentiment et de l’art, et le côté gauche - le centre de la réflexion et de la logique. Lorsque l'intuition et l’intelligence fusionnent en un point zéro, l'ego disparaît, le temps disparaît et vous devenez un avec l'énergie et la conscience. Déjà les maîtres éclairés védiques d’il y a 5000 ans  avaient découvert la méditation en explorant les états orgasmiques sexuels. Il existe un lien étroit entre une méditation profonde et un bon orgasme.

Que voulez-vous dire par "high sex"?

Ma : "High sex" pour moi, c'est tout simplement une méthode pour" s’envoler" naturellement. Le sexe est une pratique qui libère les endorphines, qui amplifie notre cerveau et libère des opiacés naturels qui peuvent soulager la douleur dans le corps. J'ai découvert que si vous avez un bon orgasme chaque jour, toute votre vie va changer - votre créativité, votre carrière, votre magnétisme, votre capacité à gérer les crises, vos finances. Le sexe est le chemin le plus court et le meilleur pour accéder à votre état d’être naturellement heureux.

En quoi le " high sex " est-il  différent du sexe ordinaire?

Ma :  La plupart des gens croient que le sexe est une pulsion naturelle et qu’il n’y a pas besoin de s’en occuper. En fait, dans nos relations sexuelles, nous amenons souvent toutes nos histoires personnelles et les messages véhiculés par notre lignée familiale. Le sexe ordinaire est une question d'impulsion instinctive, de réactions réflexes. Il est déterminé par nos valeurs familiales, sociales et culturelles. Très souvent, ce conditionnement fait obstacle à notre capacité d’être totalement naturel et à permettre à nos véritables réponses orgasmiques d’émerger. En conséquence, le sexe ordinaire est plutôt limité.
Le "high sex" nous permet de passer dans la dimension du sexe avec plus de conscience, de répondre progressivement à la montée d'énergie, à être dans le présent sans glisser dans le passé, sans se projeter dans l'avenir. Je suis aussi présente en " high sex " que lorsque je suis assise sur le coussin de méditation.
Le "high sex", c'est aussi lorsque chaque partenaire voit le divin en l’autre - cette  conscience qui est aussi le namasté dans yoga. Si vous pouvez approcher la sexualité de la sorte, vous verrez, des miracles ont lieu.

 Y a-t-il une manière juste et une manière fausse de faire l'amour?

MA  :  Oui. Ordinairement on commet une erreur - car physiologiquement parlant, il existe une psychologie et un timing différents dans la manière de réagir du corps de la femme et de celui de l'homme. Lorsque l'homme est excité ou stimulé, son pénis répond automatiquement. C’est un réflexe cerveau / sexe dont il a très peu le contrôle, cela se produit en quelques secondes ou quelques minutes. Une fois qu'il est entré dans la femme, il peut alors se détendre et ouvrir son coeur. Le pénis en érection veut juste être dans le jardin sacré.
Toutefois la femme est très différente. Là où l'homme commence avec le sexe et va vers le coeur, la femme commence avec le coeur pour aller dans le sexe. Elle a besoin de beaucoup plus de temps. Elle a besoin de se sentir en sécurité et protégée. Elle a besoin d'être touchée dans son coeur et enlacée tendrement pour qu'elle puisse se détendre et faire confiance à l'homme. Lorsque tout cela lui est donné, quelque chose se détend en elle, ses fluides viennent, son coeur et son sexe s'ouvre et elle est prête. Tout cela peut prendre au moins une demi-heure. L’homme est donc prêt bien avant elle.
La  confusion surgit lorsqu’elle lui permet de faire ce qu’il veut sans lui dire ce dont elle a besoin. Il atterrit avant qu'elle n’aie eu le temps de décoller. Peut-être n'a-t-elle pas vraiment eu un orgasme et est-elle frustrée. Peut-être n’en parle-t-elle même pas. Peut-être exprime-t-elle ce sentiment sous forme de colère. La situation peut s'aggraver si il n’y a pas de communication honnête entre chaque partenaire.
C'est pourquoi je dis dans mes séminaires que la vérité est érotique. Quand vous dites la vérité, vous prenez souvent un grand risque, mais au moins vous communiquez ! Si l'amour est là et si vous êtes prêts à grandir ensemble, vous pourrez vous explorer au-delà de vos limites.
L’erreur serait d'avoir des relations sexuelles sans l’attention ni la communication. La voie juste serait de faire l’amour de manière tantrique, dans un espace sacré, avec une communication ouverte. Je développe cela dans les livres que j’ai écris sur ma méthode Skydancing Tantra. Je vous conseille de commencer avec l’Art de l’Extase Sexuelle.

Quelle est la voie du SkydancingTantra?

MA :  Cette lignée, ainsi que le nom SkydancingTantra, vient du Bouddha Padma-Sambhava, qui était un maître vivant au 8ème siècle au Tibet et de son épouse Yeshe  Sogyal, une  Bouddha éveillée. Elle fut appelée la Skydancer. D'une certaine manière, c'est une métaphore de l'état orgasmique dans lequel vous vous sentez très soutenu et vous donne l'impression que vous flottez - ou dansez - dans le ciel. Vous êtes très léger car vous n'avez pas un ego qui vous rend misérable et vous tire vers le bas. Vous êtes ouvert à l'esprit, et savez que votre état bouddhique extatique existe déjà. Vous n'avez pas à aller le trouver ailleurs. Le chemin du Skydancer est le chemin de la dakini et de son partenaire masculin, tous deux dédiés à leur éveil mutuel.